Publié le

Nike Air Force One Black Patent Leather

D femmes avait été envoyées en poissons pilotes ou requins à l de la sortie des mémoires de Mme Clinton voilà quelques semaines. Monica Lewinsky, la stagiaire dont la relation « inappropriée » avec le président Clinton avait mis le pays à feu et à sang, était sortie de son silence, en jeune femme repentie et amère. Des amabilités révélées avec délices par le Washington Free Beacon autre site très peu enclin à soutenir Hillary Clinton..

Pour un look casual et chic, la basket est idéale. Et surtout, c’est ultra confortable. Face à ce boom sportswear dont les fashionistas font preuve, les marques se déclarent la guerre. Ce dopage à l’ancienne (il remonte aux années 60) redevient à la mode alors que le dopage sanguin (EPO, transfusion) est moins indétectable. Le plus simple serait d’interdire purement les corticoïdes, même sous prescription. L’agence nationale antidopage britannique préconise cette disposition.

Longtemps à la traîne en France, la première application des coureurs, marcheurs et cyclistes de la planète a remis les pendules à zéro il y a quelques mois en traduisant intégralement son interface dans la langue de Molière. En français, Runkeeper fonctionne toujours aussi bien. Très intuitive, l’appli, de même que sa plateforme internet, a l’avantage d’être compatible avec la grande majorité des logiciels tiers comme Sleep Cycle, mais aussi des objets connectés à l’instar de la balance intelligente de Withings..

Cette année, il vient de signer le plus gros contrat de l’histoire du basket. Au terme de négociations avec le boss des Chicago Bulls, Jerry Reinsdorf, il a empoché 33,1 millions de dollars (près de 200 millions de francs). En dehors du terrain, ses revenus 1997 pour ses contrats publicitaires et son rôle dans le film Space Jam s’élèvent à près de 60 millions de dollars (360 millions de francs).

Après un petit dérapage contre Nike (5/1), l’équope a triomphé du promu ELM LeBlanc par 2/1 samedi dernier : La premiére mi temps a été rondement menée avec 2 buts plein de spontanéité de Sully Seychelles au bout de 15 minutes de jeu, 2/0 pour Expograph qui récitait une partition de plus en plus proche des sommets. En é me mi temps, notre milieu a commencé à boire la tasse, la pression est montée, et nos adversaires, toujours aussi rugueux, ont eu besoin du coup de pouce de l’arbitre pour marquer sur un penalty imaginaire contre Mamadi Cisse auteur pourtant d’une sortie impeccable,dans les pieds de l’avant centre adverse : 2/1. Maintenant, semaine de cohésion, de solidarité et de préparation du stage d’oxygénation en altitude, qui nous dira si nous sommes dans le vrai.

Laisser un commentaire